Franz Reichelt

Au début du mois de février 1912, Reichelt annonce à la presse qu’il va réaliser lui-même un saut depuis la Tour Eiffel pour prouver la valeur de son invention. Ainsi, le dimanche 4 février, alors qu’il a rédigé son testament3 la veille, il arrive à 7 h au pied de la tour. Il fait froid, avec une température autour de 0°. La préfecture de police de Paris a donné son accord à la condition que l’inventeur utilise un mannequin. Quelques policiers sont présents pour assurer le service d’ordre, cependant, aucun n’intervient pour empêcher F. Reichelt — venu sans mannequin — de se jeter de la première plate-forme du 1er étage de la Tour Eiffel.

À 8 h 22, devant une trentaine de journalistes et de badauds, et après une quarantaine de secondes d’hésitation, F. Reichelt saute du premier étage, haut de 57 mètres. Malheureusement, son appareillage, qui ne semble qu’à demi-ouvert, se replie sous lui et il tombe alors en chute libre durant quelques secondes avant de s’écraser sur le sol gelé.

Aucune autopsie n’a été réalisée à l’époque. Un médecin de l’hôpital Laennec a simplement constaté la mort de François Reichelt. Rien ne permet donc d’affirmer que le parachutiste est mort d’une crise cardiaque avant de toucher le sol. Les quotidiens du lendemain en font leur une, avec photos de la chute de la « tragique expérience ».

La tentative de F. Reichelt a été filmée, ce qui a contribué à sa notoriété. On le voit ainsi hésiter longuement avant de se laisser tomber dans le vide. La fin du film montre un témoin mesurant la profondeur du trou formé par l’impact du malheureux au sol. Celle-ci semble être de 15 à 20 cm.

Aucun policier ne sera poursuivi pour non-assistance à personne en danger, le service d’ordre devait pourtant s’assurer qu’un mannequin devait être utilisé, et surveiller les actes du malheureux. Le préfet de Paris parlera alors d' »attitude irresponsable », et pour empêcher toute nouvelle autre expérience, le site de la tour Eiffel, comme tous les autres sites, seront interdits pour tous types d’expériences similaires. Une note précisera que l’expérience de Reichelt était presque considérée comme un suicide, car il pouvait faire son expérience à une hauteur équivalente de son saut, en un autre site, mais en plongeant dans un bassin d’eau, en été (plutôt qu’en hiver) où il aurait survécu. Reichelt eut connaissance de cette idée (ou proposition) de plusieurs personnes, dont des membres de son entourage immédiat.